Ce soir nous allons parler de la langue Japonaise. Cette langue est une des plus difficiles à apprendre et vous allez le voir il existe de nombreuses façons pour dire un simple « je ». Pas si simple que ça finalement, dire je c’est affirmer ce que l’on va dire, c’est parler de soi et partager son avis. C’est peut-être pour cette raison que les Japonais ont nuancé ce mot. En effet, l’emploi des différents « je » va dépendre du locuteur, de l’interlocuteur et du contexte. Cela représente bien la langue Japonaise dans son ensemble. Bien… ajimemashite !

Watashi/watakushi

Watashi est la forme la plus courante, celle qu’on vous apprend en premier. Elle peut être utilisée autant par les hommes que les femmes de tous âges. Même kanji mais prononciation différente, watakushi concerne à la base un langage plus soutenu mais est aujourd’hui principalement utilisé par des personnes haut placées dans les relations publiques : politiciens, responsables dans de grosses compagnies… Ce terme place le locuteur au dessus des autre, il peut donc être mal perçu par l’interlocuteur.

Boku

Boku est utilisé par les garçons, petits et grands. Cette forme est plus familière que watashi et souligne la modestie du locuteur. Il dénote aussi une certaine douceur voir servitude dans les propos de l’utilisateur. Il est aussi parfois employé par les petites filles ou celles qui se donnent un style garçon manqué. Boku peut aussi vouloir dire « tu » lorsqu’il s’adresse à de jeunes garçons.

Ore

Ore est utilisé uniquement par les hommes. Il s’utilise pour affirmer une certaine virilité voir prétention. On l’entendra donc principalement dans des conversations de mecs qui se connaissent bien. Il est à éviter avec les collègues de travail à moins que vous soyez amis intimes. C’est celui utilisé par le personnage de Luffy dans One Piece et par la plupart des héros d’animé qui sont sûr d’eux-mêmes. Ora est une déviation de ore mais sera plus utilisée par les enfants après l’avoir entendu dans les animés.

Uchi

Uchi veut littéralement dire intérieur. Il est souvent utilisé par les femmes de la région du Kansai (Osaka, Kobe, Kyoto, Nara) et ce entre amies. Il peut aussi être utilisé pour parler d’un environnement et donc être considéré comme un « nous ».

Atashi

あたしUtilisé uniquement par les femmes, il est la version féminine de boku. Il dénote une notion de féminité, de tendresse.

Washi

Utilisé à la base par les femmes, ceux sont aujourd’hui des hommes plutôt âgés qui l’utilisent. Il semblerait qu’il soit raccourcit à un simple wai dans la région du Kansai.

Jibun

自分Jibun veut avant tout dire « soi-même ». Il pourra être utilisé en tant que « je » dans le sens de « moi-même ». C’est un peu l’équivalent de notre « moi, je ».

Ware

Ware est peu utilisé. Son utilisation est assez délicate car il peut aussi dire « moi-même », « toi-même » et « lui-même » selon son emploi dans la phrase.

Atai

Encore une prononciation différente du kanji « watashi » qui est aujourd’hui rarement utilisé et uniquement par les filles dans un jargon assez familier (dérivé de atashi). Il était à la base utilisé par les ouvrières, les geishas et prostitués.

Oira

おいらIl s’agit d’un autre dérivé de ore qui est aujourd’hui utilisé par les jeunes hommes. Ça fait un peu rebelle à mon goût. C’est aussi utilisé quand on fait parler un animal.

Wagahai

吾輩Ici on entre dans le domaine du très peu usité (il en sera de même pour ceux qui suivent). Wagahai est utilisé par les hommes de pouvoir d’un certain âge et place le locuteur très au dessus des autres.

Sessha

拙者Sessha était le « je » utilisé par les samouraïs pour dénoter leur modestie. Littéralement, ce mot désigne une personne maladroite, peu habile.

Wagara

Dans le même ordre d’idée, wagara était utilisé notamment par les femmes de samouraï. Autant dire que c’est un moyen très humble de parler de soi-même avec une sérieuse tendance à se rabaisser.

Yo

Aujourd’hui plus usité en dehors des films et animés, yo était utilisé par les hautes sphères de la société et notamment dans le milieu aristocratique.

Enfin sachez que les Japonais parlent souvent d’eux-mêmes à la troisième personne ce qui peut parfois porter à confusion.

Une fois maitrisée, l’utilisation du « je » en langue Japonaise peut s’avérer être un outil puissant. Cela nous permet de modérer nos propos, de s’adapter facilement à un contexte ainsi qu’à l’interlocuteur. Le « je » va alors nous aider dans nos relations quotidiennes, il permet même de plaisanter en utilisant volontairement un « je » inapproprié. Il faudra cependant être vigilant et ne pas utiliser les « je » informels dans les situations formelles ou tout simplement avec des interlocuteurs que vous ne connaissez pas. Si vous êtes hésitant vous pourrez dans tout les cas utiliser le watashi. Je pense qu’il en manque certains, notamment ceux utilisés dans les différents dialectes. Si vous les connaissez, n’hésitez pas à nous les faire partager !

Voir aussi

Dire merci en japonais

Dire bonjour en japonais