Les kamon (家紋), également appelés mon (紋), ou mondokoro (紋所) sont des symboles japonais utilisés pour orner et identifier un individu ou un clan. Il existe plus de 5000 kamon différents, répertoriés dans 241 catégories basées sur la ressemblance structurelle.

Ces symboles sont similaires aux insignes et aux armoiries utilisés pour identifier les individus et les familles dans la héraldique européenne. Les kamon japonais sont souvent traduits par cimiers, un ornement héraldique européen dont la fonction s’en approche.

Histoire du Kamon

Il est probable qu’à l’origine, les kamon étaient des motifs de tissu à porter sur les vêtements pour distinguer les personnes ou indiquer l’appartenance à un clan ou à une organisation spécifique. Au XIIe siècle, des sources indiquent que l’héraldique a été adoptée comme trait distinctif, notamment pour la guerre. On la retrouve sur des drapeaux, des tentes et d’autres objets.

Les mon, comme l’héraldique européenne, ont d’abord été possédés par des familles aristocratiques et ont été progressivement adoptés par les roturiers. Sur le champ de bataille, les môns servaient d’étendards à l’armée, même si cette pratique n’était pas universelle et que les étendards militaires développés de manière unique étaient tout aussi répandus que les étendards basés sur les môns (cf. sashimono, uma-jirushi). Divers groupes, dont des guildes de commerçants et d’artisans, des temples et des sanctuaires, des troupes théâtrales et même des bandes criminelles, ont adopté le mon. Ils constituaient des marques de reconnaissance utiles dans une société analphabète.

Le mon du porteur est généralement affiché dans la tenue de cérémonie traditionnelle japonaise. Les roturiers qui n’avaient pas de mon utilisaient généralement celui de leur patron ou de l’organisation à laquelle ils appartenaient. Si aucun de ces éléments n’était accessible, ils utilisaient parfois l’un des rares mon « vulgaires », ou inventaient ou modifiaient le mon de leur choix, qu’ils transmettaient à leurs successeurs. Il n’était pas rare que les boutiques, et donc les propriétaires de boutiques, développent leur propre mon pour se distinguer.

A découvrir également :  Qu'est-ce qu'une "poupée Kokeshi" ?

Les règles régissant le choix et l’utilisation des mons étaient plutôt limitées, bien que le choix des mons soit largement régi par les coutumes sociales. Il était considéré comme impoli d’utiliser un mon dont on savait qu’il était détenu par quelqu’un d’autre, et comme irrespectueux d’utiliser un mon détenu par une personne de haut statut. Lorsque les mon s’affrontaient, la personne de rang inférieur ajustait occasionnellement son mon pour éviter d’offenser son supérieur. Les mon possédés par les clans dirigeants du Japon, tels que le mon de la rose trémière de Tokugawa et le mon du chrysanthème de l’empereur, étaient légalement protégés contre toute utilisation illégale.

Exemples de Kamon - ©jnto

Exemples de Kamon – © jnto

Design des kamon

Il n’existe pas de règles strictes pour la composition du kamon. La plupart sont composés d’un cercle autour d’une figure représentant une plante, un animal, un objet artificiel, naturel ou céleste, qui ont tous été rendus abstraits à des degrés divers. Des symboles religieux, des dessins géométriques et des kanji ont également été fréquemment utilisés.

Les mon sont nommés par la substance du dessin, comme le blason en héraldique européenne, mais il n’y a pas de règle définie pour ces noms. Cependant, contrairement à l’héraldique européenne, ce « blason » n’est pas normatif – la représentation d’un mon ne suit pas le nom – les noms servent plutôt à caractériser le mon. Les représentations picturales du mon ne sont pas formalisées, et l’on peut parfois observer de minuscules changements de ce que l’on croit être le même mon, mais les dessins ont été normalisés par le temps et la tradition.

A découvrir également :  Le Bonsaï : un art millénaire

Le degré de variance autorisé varie d’un jour à l’autre. Le cimier de paulownia avec 5-7-5 feuilles, par exemple, est désigné pour le premier ministre, alors que le paulownia avec moins de feuilles peut être utilisé par n’importe qui. Le chrysanthème impérial a également 16 pétales, alors que d’autres membres de la famille impériale utilisent des chrysanthèmes avec moins de pétales.

Bien qu’il n’existe pas de système de cadence ou d’écartement dans l’héraldique japonaise, il n’est pas rare que les branches cadettes d’une famille adoptent un mon légèrement différent de celui de la branche aînée. Par exemple, chaque famille princière (Shinnke) a un écusson de chrysanthème modifié comme mon. Les détenteurs de mon peuvent également combiner leur mon avec celui d’un patron, d’un bienfaiteur ou d’un conjoint, ce qui donne lieu à des motifs très complexes.

Les mon sont fondamentalement monochromes ; la couleur ne fait pas partie du dessin et peut être dessinée dans n’importe quelle couleur.